Pourquoi j’aime la croix de Saint André – 3 raisons

Cette article a été rédigée par Angela une adepte de la Croix de Saint André.

Je peux aujourd’hui dire que j’adore la Croix de Saint André. La première fois que je l’ai vue, j’ai été intimidée – comme beaucoup d’autres le sont. J’ai aussi été, rapidement, bercée par un faux sentiment de sécurité. C’est un X (ou une croix) géant – souvent dans un coin, parfois boulonné au mur, avec des anneaux aux quatre points.

Que pouvait-elle me faire ? Bien sûr, après quelques minutes de réflexion, la vraie question est devenue : « Que pourrait-on me faire pendant que je suis dessus ?

Le rôle d’une Croix de Saint André

La croix offre un potentiel de jeu très important. Je me retrouve attachée et/ou retenue lorsque mes menottes de poignet et/ou de cheville sont accrochées à chaque anneau. La douleur et l’impact jouent parce que c’est comme ça qu’on a tendance à jouer dans un club ou un donjon BDSM. Sensation et surprise, surtout quand je porte un bandeau et que je dois attendre de sentir ce qui va suivre au lieu de le voir.

J’ai joué sur des croix de Saint André qui étaient cachées dans des coins semi-privés et sur des croix placées au centre d’un mur, avec 20 ou 30 personnes assises juste derrière moi. Peu importe à quel point je suis nerveuse à l’idée de savoir qui va regarder avant de commencer, le fait de pouvoir tourner le dos – avec ou sans le bandeau – fait disparaître tout cela. Je trouve que je peux me concentrer sur le moment et la scène une fois que j’ai senti le bois (ou un autre matériau).

La croix fait partie de ma tendance à l’exhibitionnisme, puisque je suis bel et bien exposée, ou du moins la douleur et le plaisir que je ressens. Mais je peux cacher mon visage, me retourner et prétendre que personne d’autre n’est là. Cela me permet également d’ignorer le présentoir et la table remplis de jouets qui piquent et qui font du bruit, que j’ai disposé pour mon plaisir. Je sais qu’il va les utiliser, mais je n’ai pas besoin de les regarder non plus.

L’expérience de l’esclavage que j’aime vraiment avec la Croix de Saint André

Mon partenaire dominant est un sadique qui adore faire mal et un gréeur en herbe qui aime les belles cordes et les cravates. Dans toutes ses parties de son être pervers, il prend aussi son pied en me voyant impuissante et à sa merci. La croix de Saint-André nous donne l’occasion de jouer à plusieurs niveaux en même temps avec ces différentes parties perverses.

Alors que je m’adonne à son amour du bondage à la maison, patiemment debout ou allongée alors qu’il essaie une cravate, je lui dis que je ne suis pas un lapin de corde. Le bondage que j’aime est celui de la force et du pouvoir, être retenue lorsque je suis poussée au-delà de mes limites, lutter contre mes liens alors que les sensations envahissent mon corps et mon esprit. Oui, il y a beaucoup de façons de jouer avec ce genre de servitude et de retenue – avec et sans corde.

Mais la Croix de Saint André personnifie cette lutte. Souvent, j’ai fait en sorte que mes propres mains s’engourdissent parce que je tirais trop fort sur mes menottes, ce qui me coupait la circulation. Je connais les astuces pour retrouver rapidement la sensation du bout des doigts, mais il ne faut pas longtemps avant que le claquement d’un fouet ou le bruit d’une pagaie ne tende tous les muscles de mon corps et je tire et me torde, n’allant nulle part, et aimant chaque seconde.

Sur la croix, je suis à sa merci. Seul son honneur de bon dominant et son amour de partenaire me protègent du mal réel. Mais il connaît aussi la limite entre la douleur que je peux et celle que je ne peux pas tolérer, et il danse une gigue pour franchir cette ligne. Bien que je puisse tout annuler d’un mot, nous savons tous les deux que je vais plutôt tirer sur mes liens dans la douleur et le plaisir.

Comment j’utilise la Croix de Saint André

Lorsque nous utilisons la croix de saint andré – qui est souvent, bien que nous apprécions certainement beaucoup d’autres équipements et meubles Bdsm – je suis souvent nue ou presque. Je porte peut-être un string, mais mes vêtements et mon soutien-gorge ont disparu, laissant la plupart du temps ma peau nue, en attendant le jouet d’impact qu’il choisira d’utiliser.

Le jeu d’impact est notre principal problème. Il combine notre amour mutuel de la douleur – lui donnant, moi recevant – avec le jeu de sensation et le contrôle. Même la plus méchante des cannes peut être presque agréable lorsqu’elle est maniée d’une certaine manière. Une partie du plaisir que j’éprouve à utiliser des jouets que je « déteste » (bien que je consente à leur utilisation) est la nervosité que je ressens et l’état d’esprit qui se déclenche lorsque je vois ou touche ces jouets.

Oui, nous pouvons utiliser presque n’importe quel équipement pour les jeux d’impact, mais la croix est spéciale. Elle offre à la fois ce confort rafraîchissant sur lequel je m’appuie pour me réconforter et donne à mon partenaire une toile blanche sur laquelle il peut travailler. Mes épaules, mon dos, mes fesses et mes jambes sont à sa disposition. Souvent, il ramasse mon pied pour pouvoir chatouiller, taquiner ou blesser l’intérieur. Savoir que je vais m’éloigner, crier ou le supplier d’arrêter, cela fait partie du plaisir.

Il peut me gifler, me pincer un téton et me faire courir le long de la colonne vertébrale du bout des doigts. J’ai terminé plus d’une scène avec des marques sur les jambes, des bleus sur les fesses et des marques rouges sur les épaules. Mais je n’ai jamais eu peur que mes mains, mon cou ou ma poitrine – des zones que je ne peux pas expliquer facilement – soient marqués. Il a tout l’espace nécessaire sur mon corps pour jouer sans craindre qu’une frappe n’atterrisse sur la mauvaise partie du corps.

Fabriquer croix saint André

En même temps, les muscles et la graisse de mon corps se placent différemment lorsque je suis debout accrochée sur la croix. C’est différent lorsque vous êtes allongé sur une table ou sur un banc à fessées. Chaque sensation est différente entre une position debout et une position couchée.

Avec certains accessoires, comme le fouet ou la queue du dragon, je peux supporter plus d’impact et plus longtemps à la croix que n’importe où ailleurs. La croix de Saint André nous aide à avoir une meilleure séance, plus longue.

Pourquoi la Croix de Saint André ?

Aucun mobilier BDSM n’est intrinsèquement meilleure qu’un autre. J’ai vécu des moments incroyables sur le banc de fessée et quelques-uns sans presque aucun équipement ou juste une corde avec le shibari – mes bras étaient liés à une poulie de corde au-dessus de ma tête, ce qui donnait à mon partenaire un accès à 360 degrés. Ces moments occupent tous une place particulière dans mon cœur pervers.

Mais la croix de Saint André est une chose à laquelle nous revenons sans cesse. Je souris quand j’y pense, et je la cherche chaque fois que nous visitons un nouveau donjon. Je connais bien la croix et je la choisirai toujours comme une première expérience.

La première fois que j’ai joué en public dans un donjon BDSM, c’était sur la croix de Saint André. J’ai découvert plus tard que c’était aussi la première fois que mon partenaire jouait devant d’autres personnes. Nous avons eu la chance de pouvoir tous les deux surmonter le stresse résiduel et de vivre une bonne expérience.

Ce soir-là, la musique était parfaite – la basse dure et percutante du hard rock est une de nos préférée. La foule était respectueuse mais aussi vigilante. Personne ne s’est approché de trop près et personne n’a interrompu. Mais nous avons senti leur regard sur nous. Plus tard, le moniteur du donjon a confirmé que oui, nous avions eu des spectateurs.

Je pouvais détourner le regard et cacher mon visage dans les bras réconfortants de la croix. Il n’avait qu’à se concentrer sur moi. Nous avons créé notre propre monde spécial dans un coin sombre d’un club BDSM. Il n’a utilisé que mes jouets préférés – aucune des cannes ou des flagellations méchantes que j’endure parce que ça lui plaît. Nous nous sommes connectés à un niveau plus profond que jamais. L’énergie entre nous était vivante et palpitante. Il n’y avait personne d’autre au monde que nous.

Pour une première scène publique, c’était presque parfait. Que la croix de Saint André y soit pour quelque chose ou non n’a pas vraiment d’importance. C’est une place dans ma mémoire et l’expérience viscérale que j’ai eue lorsque ma peau a été pressée dans le bois frais est gravée dans mon cerveau. Même si la croix n’offrait pas tant d’autres délices pour nous deux, elle aurait toujours une place spéciale dans mon cœur.